En Fr Nl

gueulante

19 september 2002 - 20:30

Femmes et hommes : réconcilier les irréconciliables. La barrière des sexes est-elle infranchissable ?


Des femmes, des hommes. Des femmes-femmes, des femmes-hommes, des femmes plus hommes, des hommes-hommes, des hommes plus femmes. Mais des femmes et des hommes quand même.

Y a-t-il un espace mystérieux où la différence est incontournable ?

Le sexe, censé nous donner une caratéristique difficilement altérable, prend-il toute sa dimension dans l’alternance „il/elle” ?

Les femmes, qu’elles aiment les hommes ou les femmes, se battent-elles pour elles de longue date alors que le combat des hommes pour aimer les hommes est plus immédiat ?

L’autre sexe est-il le réceptacle d’une haine viscérale ?

Et la responsabilité dans tout ça ?

Suffit-il d’un „Embrassons-nous” pour que vive l’utopie queer ?

La barrière des sexes est-elle infranchissable ? 20h30 le monde arrive, 20h45 le Kan’h est plein de tout et n’importe quoi : des hommes à hommes, des hommes à femmes, des femmes à femmes, des femmes à hommes, des hommes hommes, des hommes folles, des femmes femmes, des femmes butch..mais on peux être homme homme et folle non ? ou femme femme et butch ? Tiens toutes les femmes sont d’un côté....au fond du Kan’h et les hommes de l’autre, près de l’entrée..Oh oh ca commence fort, retrouve-t-on déjà les stéréotypes traduit dans l’espace, les hommes tournés vers l’extérieur, les femmes vers l’intérieur...et le „passeur de paroles” s’agite.....20h50 le coup d’envoi est donné....

Les interventions sont hésitantes..... pendant 5 minutes, rapidement elles fusent....et de leur enchaînement naît un débat riche et dense. Débat réactif, parfois vifs...mais c’est qu’elles-ils sont passionné-e-s.....Houla et moi qui doit faire une synthèse..aller hop allons y....plongeons dans notre carnet tout neuf en moleskine....

On pourrait, mais il s’agit là d’une lecture orientée, regrouper les interventions autour de deux sujets : l’identité homme femme et les relations entre lesbiennes et gays. A leur tour, ces deux sujets ont été appréhendés selon deux approches : essentialiste et constructiviste...

CLAP : premier sujet : l’identité homme femme...

Anima, animus....voila ce bon vieux Jung...chaque individu possède un principe masculin et un principe féminin anima-animus- et projette l’entité opposée à son identité sexuel biologique sur l’objet de son désir.comment adapter ce schéma aux désirs homosexuels? Mais que veut dire principe féminin et masculin.la question de la définition de l’identité homme femme est sur le tapis..mais pas encore KO, et la se dessine les deux approches.la première constructiviste. ce qui définit l’ homme et ce qui définit la femme sont des archétypes construits socialement, voir politiquement. On construit son identité en se positionnant par rapport à des modèles socialement déterminés. Le positionnement extrême est exigé lorsque, pour intégrer un couple homosexuel dans un schéma de relations hétéro dominant, le faussement naïf demande „mais qui fait l’homme et qui fait la femme?”.là c’est la question qui tue!

Une fois posée l’existence de modèles prégnant et aliénant, pour ne pas dire réifiant, émerge la question de leur déconstruction. Peut-on (doit-on) s’affranchir du modèle hégémonique, peut-on (doit on ) infléchir voir détruire les représentations stéréotypées des rôles sexuels?

Les pd et les lesbiennes doivent-ils s’embarrasser des catégories masculin/féminin?

Le refus du paradigme sexuel dominant n’est-il pas pour certain-e-s pd et lesbiennes à l’origine de leur orientation sexuelle? (version très intellectuelle de la détermination de l’orientation sexuelle), l’interrogation du modèle sexuel n’est-elle pas au cour de la démarche homosexuelle? Ha oui? et les travestis alors?..n’est-ce pas une reproduction au carré des stéréotypes liés à la féminité? ...Que neni ....allons plus loin, le travesti est une reconstruction exacerbée de la féminité (drag queen) ou de la masculinité (drag king).wouf..pas mal.le travestissement comme arme de déconstruction des rôles sexuels. N’assistons-nous pas actuellement à un élargissement des paradigmes disponibles, l’opposition binaire homme/femme pourrait être dépassée. N’empêche..on essaie de s’affranchir des modèles..et puis hop, tous pd qu’on est.on se retrouve à réagir avec ses couilles..hop le mot est laché.les couilles, le biologique, la nature..l’approche constructiviste rencontre l’approche essentialiste... .les couilles et les ovaires s’uniraient-ils pour mettre à bas toutes tentatives d’échapper aux invariants de comportements sexuellement déterminés?

Ainsi, nous serions des êtres avant tout biologiques avec des différences physiques indéniables entres les hommes et les femmes. Il est notamment question de force physique mais également de „porter les enfants”. La femme et l’homme ont des rôles différents parce que ils assument, de par la nature, une place différentes dans la reproduction de l’espèce : „autour de la procréation, les rôles naturels s’installent”.

Alors pourquoi vouloir nier ou dépasser ces différences, pourquoi ne pas les accepter et vivre avec les valeurs positives de la féminité et de la masculinité ?

Ne sommes-nous pas chacun un avatar de notre complexe d’oedipe qui nous conduirait à adopter les comportements généralement attribué à l’autre sexe : „pour plaire à ma mére je dois ressembler à mon père....et donc devenir une butch...”.?

Et si on centrait le débat sur les relations gays/lesbiennes ? Pourquoi si peu de soirées mixtes...pourquoi se retrouve-t-on souvent a des tablées uniquement composée de gay ou de lesbienne...? Héhé..la salle s’agite...pour certain ce n’est pas un problème et ce n’est pas plus important que de se retrouver entre amateurs de football ou de hockey sur gazon.. pour d’autre on ne peut pas réduire l’orientation sexuelle à une question de goût en matière de loisirs, toute les divisions, les catégorisations n’ont pas le même poids sur la vie des individus et sur la vie sociale. Le fait d’être amateur de football structure-t-il la vie de la même façon que d’être pd ou lesbienne ?

La non-mixité des endroits gays et lesbiennes n’est-elle pas une conséquence de leur fonction : la drague ?

Alors voila, on revient à la question initiale, les univers gays et lesbiens sont-t-il irréconciliables ? Ne faut-il pas songer à s’ouvrir, à promouvoir la mixité, à mélanger nos différences et peut-être que à force de bousculer les identités, elles ne seront plus aussi prégnantes, mais mouvantes, plus aussi enfermantes mais épanouissantes...et que vive l’utopie Queer !

Olivier Plasman



agenda

maandelijkse filmclub

Thelma

2 november 2017

Cinéma Aventure

Tentoontstelling

Diana Blok, Gurshad Shaheman, Rose Butch

9 november 2017 - 18 november 2017

Cinéma Nova

pink screens

Ouverture - God’s Own Country + Bayard and me

9 november 2017

Cinéma Nova

pink screens

Opening - The Girl King

9 november 2017

Cinéma Nova

pink screens

The Misandrists

10 november 2017

Cinéma Nova

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7

volg ons

Volg ons

contact


Contact

vzw Genres d’à côté

Kolenmarkt 42
1000 Brussel

info@gdac.org

FILMCLUB :
Cinéma Aventure
Galerie du Centre
57 rue des Fripiers
1000 Bruxelles
www.cinema-aventure.be

Metro De Brouckère
Routeplan Google Map

PINK SCREENS FILM FESTIVAL jaarlijk in oktober of november :

Cinema Nova
Arenbergstraat 3
1000 Brussel
Routeplan www.nova-cinema.com

Metro Centraal Station
Toegang Google Map



Volg ons