Vous revoir… Après une année atypique et rude pour la culture et le milieu associatif, Pink Screens sera bien là en chair et en os pour sa vingtième édition. Durant dix jours, le festival vous proposera des dizaines de films venus des 4 coins du monde, du cinéma qui explose l’écran et les normes, déconstruit les binarités et articule les fiertés. Depuis vingt ans, c’est une sélection toujours pointue de fictions, de documentaires, de films expérimentaux, déclinés en longs et courts métrages, des films choisis avec passion, avec curiosité par une fantastique équipe de bénévoles
 
L'Europe se construit mais l'Europe fait face à certains démons quand elle assiste à l'érection de murs de barbelés à ses frontières, quand certains pays révisent leur constitution pour réduire ou supprimer les droits des femmes et de certaines minorités. Dans cette Europe décriée, on y voit naître des poches de résistance, des soupapes de liberté.C'est de là que nous est venue l'envie de vous proposer ce focus "Et à l'Est, rien de nouveau?". On y voit des artistes, des militant.e.s, des citoyen.ne.s qui s'expriment et revendiquent haut et fort leur droit à la liberté d'être, à la liberté d'expression
 
Pink Screens 2021, c'est 35 longs-métrages et 7 séances de courts-métrages avec une multitude d'invité.e.s dont Nabil Ben Yadir qui sera avec nous pour la première bruxelloise de son film "Animals ". 
 
Pink Screens, c’est aussi son expo avec une dizaine d’artistes queers d’horizons très différents, ses 2 gueulantes, ses lectures, ses rencontres et débats. Et Pink Screens, c’est aussi la fête... Ah, les soirées du jeudi. Ah, l'incontournable Pink Night... Hélas, la pandémie est passée par là, donc, on va voir ce qui sera possible cette année...Mais, l'année prochaine, pour les 21 ans du Pink Screens, on fera comme si on avait encore 20 ans et ça va teufer à mort !
 

FOCUS "Et à l'est, rien de nouveau?"

 
Face à la montée des conservatismes religieux et à de prétendues « zones libres d’idéologie LGBT », Pink Screens tenait cette année à souligner toute la diversité des combats de nos camarades queers de ce qu'on a appelé l'Europe de l'Est ! Face à la réalité insupportable, la résistance s'affirme envers et contre tout (Wet Sand, Géorgie) même si souvent être soi-même n’est envisageable qu’à l'abri de ses murs (Poppy Field, Roumanie)... Malgré l’hostilité, nos camarades bâtissent their own private East, rempli de retrouvailles inouïes et de passions lesbiennes (Comets, Géorgie), rayonnant en explosions polychromes contre la grisaille binaire (Colors of Tobi, Hongrie), nous montrant une autre face de l’Est : celles des lionnes qui se dressent et ne s'en laissent pas conter (The Hill Where Lionesses Roar, Kosovo).
 

Focus "Porn: Encore et toujours"

 
Une expo au MIMA sur les archives du célèbre cinéma porno ABC, pourquoi pas ? Mais que du porno straight car bien sûr le porno gay/queer n'a jamais eu droit de cité à l'ABC. Au Pink Screens, cette année encore on revisitera ce genre qui n'arrête pas de se renouveler pour le pire ou le meilleur. Des archives plus que corsées du studio américain Palm Drive Video Raw! Uncut! Video! à la projection d'un porno francais culte Equation à un Inconnu ayant inspiré Le Couteau dans le Coeur de Yann Gonzalez en passant par le porno presque do it youself d'une Madame tout le monde Morgana sans oublier La Chatte à 2 têtes, ce formidable film de Jacques Nolot illustrant à merveille la réappropriation par les gays de lieux destinés au public straight. Une « Gueulante » sur le sujet vous permettra de discuter de l'impact (ou pas) que le porno a dans nos vies.

Partners